Bug affichage d’une Google Map dans une div masquée

Google Map est devenu indispensable pour positionner un prestataire géographiquement. Cet outil est bien connu des internautes et il est très facile à prendre en main.
Cependant, une carte géographique en plein milieu d’un site ça nous rappelle un peu trop les manuels scolaires de notre enfance. D’autant que les couleurs de Google Map : bleu (#A5BFDD) pour la mer, vert (#C9DFAF) pour les forêts, orange (#F8BB41) pour les routes… ne se marient pas toujours avec la charte graphique de votre site.

Couleurs types d'une Google Map

Bref, il est souvent préférable de masquer cette carte et ne la faire apparaître que lorsque le visiteur souhaite situer votre activité ou toutes autres sujets en rapport avec la page qu’il visite. Pour cela on a recours à JQuery (ou un javascript bateau) qui permet de masquer un élément de votre page sans l’omettre du code source. L’avantage étant que cet élément est tout de même pris en compte par le moteur de recherche (dans le cas d’une GMap ce n’est pas le plus utile on est d’accord).

Cependant, vous aurez certainement remarqué qu’à l’affichage de cette carte, il apparaît un bug. Effectivement, la carte appelée lors du chargement de la page n’arrive pas à prendre les dimensions de son conteneur (votre div) celui-ci étant alors masqué (display: none). Symptômes : votre curseur n’est pas positionné au bon endroit ou encore la carte n’affiche qu’une zone carrée minimum.

La solution est toute simple ! Il suffit d’initialiser la GMap en même temps que vous lui demandez de s’afficher ! Voici le code :

$(document).ready(function () {
$(« div#contenantGmap »).hide();
// click sur le lien pour afficher la carte
$(« a#lien »).click(function(){
$(« div#contenantGmap »).slideDown();
// appel de la fonction intialize GMap V3
initialize();
});
});

La GMap prend alors les valeurs height et width de votre div (#contenantGmap) qui passe en display: block.

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Remettre Google par défaut dans la barre d’adresse

Un truc bien relou quand vous faites une mise à jour d’un produit Microsoft : le re-paramétrage de votre navigateur.  Sous Internet Explorer je pouvais comprendre, mais de là à toucher à mon Firefox eh oh !

Non seulement la page de démarrage mais aussi le moteur de recherche par défaut dans la barre de recherche et pire le moteur par défaut dans la barre d’adresse sont modifiés par Microsoft.

Je sais pas si comme moi vous passez par la barre d’adresse pour faire vos recherches, moi je trouve le raccourci bien pratique. Je tape mes mots clefs directement dans la zone d’url et j’atterris sur la page Google de résultats. Mais voilà c’est assez fréquent que le moteur soit modifié pour Bing par défaut. Et franchement c’est bien saoulant de se voir imposer un moteur qui plus est : nul !

Bref pour y remédier voilà une petite astuce pour remettre Google pour les recherches depuis la barre d’adresse :

  1. Taper « about:config » en barre d’adresse.
  2. Filtre : taper « keyword.URL »
  3. Entrer dans la fenêtre pop up : http://www.google.com/search?ie=UTF-8&oe=UTF-8&sourceid=navclient&gfns=1&q=

Voilà vous êtes tranquille jusqu’à la prochaine mise à jour…

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Imprimer un tableau html sur plusieurs pages

Petit conseil pour les webmaster…
Voilà qui est tout con : vous avez un tableau sur internet au format HTML <table><thead><tr><td>… et vous souhaitez l’imprimer.

Il se trouve que ce tableau est long et prend plusieurs pages… problème dès la page 2 vous ne savez plus à quoi correspondent les colonnes car l’entête des colonnes n’est pas répété… vous êtes obligé de vous référer à la première page et si vous les avez agrafées entre elles, ils faut jongler !

Eh bien la solution est toute simple, votre tableau est mal écrit ! Internet Explorer comme les autres détecte la balise <thead> des tableaux afin de la répéter en haut de chaque page imprimées… Eh oui pas besoin de développer un tas d’outils pour détecter les hauts de pages ou encore forcer les sauts de pages <style= »page-break-after »> toutes les x entrées, ou même se tourner vers l’écriture d’un pdf en forçant un header !

Bref, je viens de me casser le c** pendant une bonne demi-journée pour un simple bout de code mal optimisé ! Les pas si mauvais au fond ce bon vieux html 4 !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Fuite de données personnelles : la préfecture, le contrôle technique ou Midas ?

J’ai acheté il y a quelques mois une VW d’occasion auprès d’un particulier et j’ai déménagé dans le même laps de temps. Je n’ai jamais signalé cet achat auprès de Volkswagen.
Hier je reçois une lettre personnalisée avec mon modèle de voiture, à mon nom et à ma nouvelle adresse (d’ailleurs je dois reconnaître que la stratégie marketing est bien ficelée). Cette lettre me propose des coupons de réduction pour l’entretien de ma voiture.

Il y a trois pistes possibles à cette fuite d’infos : la préfecture, le contrôle technique ou Midas.

1 – la préfecture (le plus probable) : forcément eux connaissent ma nouvelle adresse et ont toutes les informations en priorité puisque j’y suis passé dans la semaine après l’achat. La question est : la préfecture à t-elle le droit de faire le commerce de listing de nouvelles immatriculation ? Ca me parait insensé !

2 – le contrôle technique (peu probable) : oui j’ai dû repasser mon CT car la préfecture n’a pas voulu valider le précédent car il était dépassé de quelques jours entre l’achat de la voiture et la démarche d’immatriculation (plus de 6 mois : pas de bol Anatole). Or lors du contrôle technique dans un petit centre pommé très « artisanal informatiquement » je disposais toujours de l’ancienne carte grise au nom de l’ancienne propriétaire.

3 – le garage Midas ou j’ai fait changer mes plaques : eux avaient bien ma nouvelle adresse inscrite sur ma carte grise toute fraîche. Là où c’est franchement incohérent : pourquoi Midas irait vendre de probables listings clients auprès du garage volkswagen le plus proche qui m’offre des bons de réduction pour des prestations concurrentes aux leurs ?!

Eh bien après fouinage j’ai trouvé la réponse : c’est bien la préfecture qui moucharde !
Voir le reportage du JT de TF1

Ce qui m’ennuie c’est qu’à aucun moment lors de la procédure d’immatriculation on vous demande si vous souhaitez communiquer vos données personnelles à un tier. D’ailleurs tout se fait par informatique il me semble n’avoir signé qu’un bout de papier au final en vitesse, pour pas monopoliser la file. D’après ce reportage on comprend que seul le constructeur de votre voiture semble avoir accès à vos données. On peut penser que le but est de pouvoir établir un listing de personnes à contacter en cas de problèmes de sécurité avérés sur un modèle de la marque. Comme pour la Velsatis de Renault (le pb principal étant le design !)… En l’occurrence ici il s’agît bien d’un usage commercial du fichier et c’est véritablement une mine d’or pour le constructeur qui peut établir un profil type de ses clients, sans dépenser son argent dans des enquêtes.

Moi qui suis webmaster et qui ai été sensibilisé à l’intérêt de la CNIL dans le traitement de l’information personnelle… j’avoue que je suis conforté dans l’idée que c’est un beau concept sans effet quand je vois comment l’Etat lui-même s’en accommode.

…les mauvaises langues diront qu’il faut bien que l’Etat se rembourse des primes à la casse !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Le mec il court, il perd ses clefs…

6 fois ! Ca va faire 6 fois en 25 ans que je suis dans la même situation ! Lundi dernier alors que la tempête ne faisait encore que de se lever sur notre jolie Bretagne, l’envie de faire du bien à mon corps m’a envahi ! Je saute alors dans mon survet puis file droit vers un sentier de randonnée à 1/2 heure à pieds de là où je réside (ce détail à son importance dans la suite de la mésaventure !).  Arrivé au point A, je positionne mon casque sur mes Zoreilles et veille à bien fermer la voiture en rangeant mes clefs dans mon sweat. 3 km plus tard je décide de faire quelques étirements et une série du célèbre « talon-fesse » ! Toujours le casque sur les oreilles… puis je reviens sur mes pas (oui bon j’avais pas prévu de faire un trail non plus ce jour là !). Ce n’est qu’à 100 mètres du point A que je glisse ma main dans ma poche et m’aperçois que David Copperfield m’a fait un sale tour de magie. Mes clefs se sont fait la mal à la Mickaël Scofield. Mon sweat H&M à rayures grises  se transforme en veste de prisonnier… me voilà enfermé dehors ! Bon comme révélé – non sans une certaine honte – dans les lignes plus haut, j’ai une certaine accoutumance à ce genre de situation ! Donc no panic, je me mets à rebrousser chemin en harcelant tous les joggers qui se trouvent sur mon chemin et en scannant la zone d’un coup de tête rapide de gauche à droite et de droite à gauche, la tronche en sueur et les cheveux gras. Autant dire qu’avec mon look de cocaïnomane en plein descente, certains n’ont pas pris le temps de me répondre ! Mais, de fil en aiguille, me rapprochant de plus en plus du point B imaginaire, celui de l’évasion de mon trousseau, je commençais à me faire une idée sur le déroulement de la fugue. Oui c’était bien lors de la pratique du « talon-fesse » qu’avait eu lieu le « glissage de poche » ! Les témoignages des badauds venant confirmer mon hypothèse : un couple de jogger dont l’un d’eux porte un pull orange, a trouvé des clefs plus loin sur le chemin que nous nommerons « le petit chemin qui ne sentait pas la noisette ». Bref, après avoir parcouru 3*3 km à vitesse de plus en plus pressée et après avoir interrogé toute la ville… mon bon samaritain était identifié… mais introuvable. Bon c’est bête il n’aurait pas bougé ces clefs, je les aurais déjà retrouvées. Passons… Ça c’était lundi dernier… depuis ? J’ai récupéré un double de clefs pour l’appart, mais pas pour la voiture toujours sans son maître abandonnée sur son parking humide. J’ai téléphoné à la moitié de la ville et harcelé le « service des objets qu’on retrouve pas », sans aucun résultat. Le bon samaritain au pull orange se transforme d’heure en heure en grosse citrouille que j’aimerais farcir… Put*** de m*** quel est le mec assez con pour récupérer des clefs et les laisser dans son pot à « objets que tu sais pas où mettre » (cf Gad Elmaleh) ?? Pour information, si vous trouvez des objets : soit vous les déposez aux objets trouvés, soit vous n’y touchez pas… puis si vous êtes un vrai bon samaritain laissez un message sur banaot.frRaaah oui oui je sais il faut attacher ses clefs quand on court… blablablaaaa !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Google a la patate !

Voilà 7 ans de travail récompensé… c’est un vrai cadeau que me fait Google.

En effet, je m’aperçois que Glapatate site de rencontres pour jeunes gays et lesbiennes apparait comme 2è résultat sur la convoitée requête « rencontre jeune gay ». Ça parait peut-être bête pour un internaute mais pour un webmaster ça vaut toutes les récompenses, croyez moi !

C’est 7 ans de travail, d’investissement personnel et puis aussi un peu d’argent de poche… Internet c’est chouette mais c’est aussi très déshumanisé ! Ma seule reconnaissance pour ce travail c’est les personnes qui s’y inscrivent chaque jour, la presse qui parle du site de temps en temps et je l’en remercie puis les moteurs de recherches qui trouvent une pertinence à de tels sites et les mettent en avant…

Alors bon je vais pas m’enflammer non plus mais ça me fait tellement plaisir ! Non seulement Google considère que mon code est propre, lisible et optimisé et je vous cache pas que pour un mec qui n’y connaissait rien au début de l’aventure (YounGAYlaxY était réalisé depuis publisher 2000 !), ça vaut son pesant de cacahuètes ! D’autre part, Google trouve le site et son contenu pertinent et ça c’est tout aussi grisant !

Bon ça reste une déclaration d’amour d’une grosse machine sans cœur mais un geek comme moi est bien capable de tomber amoureux d’une grosse machine sans coeur alors pourquoi pas l’inverse ??!

À noter qu’une nouvelle version était prévue pour septembre… et qu’elle risque d’avancer plus vite que prévu !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Dosbox ou comment dépoussiérer vos vieux CD de jeux win 95 !

Qui n’a jamais eu l’idée de se refaire une partie de ses meilleurs jeux vidéo ? Pour ma part je sais pas si c’est le syndrome de Peter Pan qui me guette ou ma ving-cinquième bougie qui me fout la nostalgie mais depuis quelques mois je me suis refait : Mario64, Mariokart, Goldeneye… moi qui n’avais pas de Nintendo 64, j’ai craqué en la voyant soldée à 10€ sur ebay ! Les jeux se trouvent à 5€ dans les vides-greniers quand on arrive à marchander avec les mioches « vendeur-d’un-jour » parfois plus durs en affaire qu’un commercial Nexity !

Bon si c’est vraiment facile de rejouer à ses jeux de consoles moyennant quelques zeuros, il devient nettement plus coriace de remettre la mains sur Tomb Raider 1, Croc, Le Roi Lion, Micromachine… des tas de jeux qui ont connu leur heure de gloire sous windows 95 !
Si les consoles passent, les OS eux trépassent… et beaucoup tournaient sous le bon vieux Dos de tonton Gates.

C’est avec l’envie incommensurable de rejouer à Z (jeux de stratégie, bitmap brothers) que j’ai fini par découvrir qu’il y avait des geek plus fou furieux que moi (ou plus accrocs aux seins carrées de Tomb Raider 1) qui avaient développé un programme intitulé DosBox. Les fans de Rayman auront bien sur lu Globox ! Mais non il s ‘agit bien d’un émulateur Dos écrit en Shell qui tourne donc sur XP, Vista et ptet même 7.

Alléluia ! Me voilà refaire les niveaux de Z un à un après avoir reconfiguré le jeu en local sur un lecteur cdrom virtuel (si vous voulez la manip je vous la refile volontiers, par contre je file pas mes astuces pour les niveaux !).

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Lèche vitrine !

Ça va faire bientôt 10 ans que je recherche ce magasin ! Retrouvée sur Ina, cette pub j’en était guedin à 14 ans !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

JQuery is my ami !

Attention c’est aussi geek que technique !

JQuery c’est un framework : un tas de codes javascript empilés, optimisés pour être compatibles avec le maximum de navigateurs et le plus léger possible. Ce que ça fait ? Ça anime une page comme la page d’accueil de Google depuis pas longtemps (si quand on bouge la souris!).  Oui bon ça reste très basique dans le cas de Google mais ça peut révolutionner la lisibilité d’un menu ou embellir une galerie photos. C’est en quelques sorte le Copperfield du Code qui le rend aussi Sexy que Claudia !

L’avantage d’un framework c’est qu’il est développé par une équipe de guedins qui démocratise son utilisation en simplifiant son paramétrage à quelques bouts de code.

Rappelez-vous il y a quelques années pour faire ce superbe effet de texte défilant sur une page en rouge criard pour animer un fil d’actu (oui ou la pop up flashy qui s’ouvre à chaque rechargement), il fallait se taper un bout de code barbare et compatible avec ie5 seulement !

Depuis avec Sciptaculous, Prototype, JQuery (…), vous ne mettez plus la main dans le cambouis !
Pour exemple JQuery vous permet de paramétrer l’apparition d’éléments de votre page avec fondu, glissement, déplacement… et moultes autres artifices en rédigeant des bouts de codes comme si vous tapiez une feuille de style CSS. Vous désignez votre élément depuis sa class, son id et vous lui collez un effet proposé en vous basant sur la librairie du framework.

Si beaucoup se tournait vers flash pour faire des caroussels (très tendance en ce moment sur les pages d’accueil MSN, Yahoo…), les frameworks sont beaucoup plus souples et aussi plus Google friendly ! Rappelons que le projet Jquery est soutenu par GG.

Bref les frameworks ont réussi à rendre sexy le javascript… reste qu’il faudrait pas retomber dans le racolage avec l’excès d’animations (hum clique moi la pop-up) !

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS

Les prédateurs

Samedi soir sur le plateau d’Ardisson était invité Roland Dumas. Comme souvent dans ses émissions, les invités d’Ardisson nous paraissent bien sympathiques (encore que Copé avait toujours une sacrée tronche à claque).  Écouter Dumas m’a bien donné envie d’en apprendre un peu plus sur l’Affaire Elf, l »affaire pellicant » à la française dont Christine Deviers-Joncour semble avoir été encore mieux rémunérée pour sa participation que Julia Roberts ! J’ai pu remarquer en faisant mes courses de noël que le livre d’Eva Joly « Est-ce dans ce monde là que nous voulons vivre ? » était toujours un best-seller. Un prof d’éco nous l’avait conseillé.

Bien sûr Wikipédia est là pour nous narrer l’affaire Elf et toutes celles qui en découlent (affaire Dumas, les frégates de Taïwan). On y apprend même qu’un film a déjà été inspiré de ce périple politico-judiciaire, réalisé par Chabrol. Film dont Eva Joly aurait dit qu’il n’était qu’une « une suite de clichés », toujours d’après Wikip ! Puis en consultant la fiche d’Eva Joly on apprend qu’un docu-fiction « Les prédateurs » canal a retracé l’affaire, réalisé par Lucas Belvaux en 2007.

Sur le site de Canal on trouve l’interview du réalisateur au Grand Journal . Mais impossible de le trouver sur Canaplay ou d’autres sites de VOD… après contact de la hotline Canaplay et sa réponse standardisée nulle à chier, aucune piste pour trouver la fiction en 2 volets.

Si quelqu’un à une piste…

  • Facebook
  • Twitter
  • Google Plus
  • Tumblr
  • Pinterest
  • Add to favorites
  • Email
  • RSS
Page 2 sur 121234510Dernière page »